1. Je trace une fron­tière. J’équilibre des choses que je pen­sais ne pas pou­voir équi­li­brer alors que je devais juste les lais­ser être. Je ne veux pas perdre de vue l’histoire, le récit qui se pour­suit, une culpa­bi­li­té, une négli­gence, une défec­tion… Je dis les mots…