Éric Suchère

Le Souvenir de Ponge

cipM /​Spectres Familiers

40 p., 15 x 21 cm
10 €
ISBN 2−909097−53−6
Février 2004

« À pro­pos du Souvenir de Ponge Eric Suchère parle de « dés­œu­vre­ment », d’« immo­bi­li­té », d’« infime » (Le Matricule des anges, dos­sier poé­sie contem­po­raine, mars 2004). Cela pour­rait défi­nir la méthode de son pro­jet « infans » : reprendre la per­cep­tion à zéro, inven­ter une tech­nique per­cep­tive. Le par­ti pris de l’image (de l’image mou­ve­ment, de l’image-temps), compte tenu des mots. Leur impos­sible coa­les­cence, déran­gée par la pul­sion (« le qua­si nul se tend : aug­mente le puise mieux que varia­tions »). Le motif Ponge (car­net du bois de pins), déclen­cheur de ce livre, laisse per­cer par endroits le motif alber­tine (livre de 2002). C’est que dans un livre d’Eric Suchère une thé­ma­tique n’est jamais mas­sive, mais poreuse et fibreuse (fila­ments ténus flexibles). D’où la néces­si­té, tech­nique mais liée à la manière dont on est affec­té par ce que l’on sent, d’inventer d’une syn­taxe plus appro­priée que l’apprise. L’usage du deux-​points par exemple (sa récur­rence saute aux yeux), est sin­gu­lier. Ni signe logique, « ni tout à fait ponc­tua­tion, ni tout à fait conjonc­tion » (Gracq), il est une sorte d’instrument optique, de lunette, ce pour­quoi sa trans­crip­tion typo­gra­phique avec éga­li­té d’espace de part et d’autre me semble peut-​être plus juste que dans le res­pect de la tra­di­tion (sui­vi par « une » espace, pré­cé­dé d’« une » espace « fine » ; cf. Jacques Drillon, Traité de la ponc­tua­tion fran­çaise, Gallimard 1991). »

Éric Houser, Cahiers cri­tiques de poé­sie n° 9

Please wait while flip­book is loa­ding. For more rela­ted info, FAQs and issues please refer to DearFlip WordPress Flipbook Plugin Help documentation.